Accueil Uncategorized 3 animaux en voie de disparition au canada.

3 animaux en voie de disparition au canada.

Tétras des prairies

À l’origine, le tétras des prairies se trouvait en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba et en Ontario, mais il est maintenant disparu du pays. Il occupait de grandes superficies de prairies non broutées ou légèrement broutées. Au début des années 1900, l’oiseau proliférait au centre des activités agricoles, mais après la conversion de vastes étendues de prairies en terres cultivées (voir Cultures), l’habitat ne lui convenait plus, et l’espèce est disparue du paysage canadien. Le tétras des prairies survit toutefois aux États-Unis, bien qu’il y soit menacé de disparition. Le parc national des Prairies, établi en Saskatchewan en 1981, est assez grand pour y envisager la réintroduction de cette espèce au Canada.

La tortue luth

La tortue luth est un reptile marin de grande taille (jusqu’à 680 kg) qui se reproduit sur les plages sablonneuses tropicales et migre aux eaux canadiennes pendant l’été pour s’y nourrir de méduses. On observe de façon régulière, mais clairsemée, cette espèce dans l’océan Atlantique jusqu’à la côte sud du Groenland, dans le Nord, et le sud de l’Alaska sur la côte ouest. La tortue luth est en voie de disparition au Canada. Bien qu’occasionnellement les tortues adultes s’emmêlent dans les engins de pêche dans les eaux canadiennes, la plupart sont tuées dans les eaux tropicales, où la population locale cueille leurs œufs pour la consommation humaine et où l’on tue les adultes pour leur chair. La population mondiale de la tortue luth diminue et est en voie de disparition. La conservation de cette espèce exige une protection rigide au Canada, ainsi qu’à travers son territoire planétaire, par le biais de la coopération internationale.

Le chabot à tête courte

Le chabot à tête courte a été découvert dans les eaux canadiennes en 1957, dans les 24 derniers kilomètres du bassin de drainage de la petite rivière Flathead, en Colombie-Britannique, entre 1 000 et 1 400 d’altitude. Cette espèce abonde sur les fonds de gravier ou de roche qui ne sont pas trop chargés de sédiments et où la température estivale varie entre 13° et 17 °C. Le chabot à tête courte atteint 100 mm de longueur et peut pondre jusqu’à 690 œufs, probablement sous des roches. Il se nourrit d’insectes et de petits poissons. Ce poisson était d’abord désigné comme étant en voie de disparition, mais en 2013 il est redésigné préoccupant. Un projet d’exploitation de charbon à ciel ouvert dans le bassin hydrographique de la rivière, charbon qui serait exporté au Japon, et de déviation du Howell Creek, un tributaire de la rivière Flathead, représente une menace pour l’espèce. La sédimentation, l’acidification ou la modification du courant et du régime de température de l’eau pourraient nuire à l’espèce. La seule chose que j’ai à vous dire c’est de préserver la nature.

Source via: https://www.thecanadianencyclopedia.ca/fr/article/animaux-en-voie-de-disparition